SL – Le voyage improbable

septembre 21, 2007

Presenccia

Filed under: Etudes — N°6 @ 11:36

Je me demande depuis un moment comment des mondes virtuels comme Second Life, ou Active World qui est plus ancien, parviendront à effectuer un bond qualitatif permettant, non plus de jouer à la poupée avec un avatar, mais d’être réellement plongé dans un univers crédible digne de ce nom.

Il y a, bien entendu, des évolutions, des mises à jours régulières, mais les progrès sont assez infimes. Le chat vocal, par exemple, qui pouvait déjà se pratiquer par l’intermédiaire d’un yahoo ou d’un msn ne semble d’ailleurs pas rencontrer un réel succès.

Mais bon, comment fait-on pour passer d’un environnement très instable et qui sature très rapidement la mémoire cache avec des déplacements laborieux, à un contexte véritablement fluide, stable et « réaliste » ?

Comment passer d’un endroit où l’on peut mettre moins d’un objet (primitive) au m2 équivalent virtuel, à ce que l’on peut faire dans la RL, à savoir entasser des trillions d’atomes ou des milliers de bouquins ou de petites cuillers ?

Comment passer d’un lieu où se regroupent péniblement une centaine d’avatars par sim à un autre où pourraient se réunir des foules de plusieurs milliers de personnes sur une surface identique ?

Il faudra sans doute tout changer, les programmes, les langages de programmation, les serveurs, les cartes-mères, etc. et je ne parle pas du matériel individuel et du débit nécessaire. Si l’on se basait comme exemple sur les automobiles, depuis quarante ans elles se sont sophistiquées mais on ne roule guère plus vite et il a fallu construire des autoroutes.

Il y a, depuis le début de SL, des résidants qui fabriquent des copies de monuments existants dans la RL, le dernier en date à ma connaissance étant une copie de la chapelle Sixtine. C’est bien fait, la question n’est pas là. Mais l’intérêt, réel, serait de pouvoir bâtir en virtuel de la même façon que dans le monde réel, pierre par pierre, ce qui donnerait à la réalisation un véritable intérêt architectural, artistique et historique. Une sorte de musée à l’identique très supérieur aux maquettes. Je n’imagine même pas la quantité de mémoire nécessaire à la reconstitution à l’identique, mobilier et câblages compris, des Twin Towers par exemple.

Donc on reste jusqu’à nouvel ordre non seulement dans le virtuel mais dans l’esquisse.

Je fais donc un lien sur le site d’automates intelligents, qui présente le programme européen Presenccia. S’il ne répond pas à toutes mes interrogations ni ne dissipe toutes mes frustrations (je suis exigeant, je sais), il annonce peut être une nouvelle façon d’envisager une entrée de la réalité virtuelle dans l’âge adulte. Il serait vraiment regrettable, dans cinq ou dix ans, ne ne toujours pas pouvoir faire un misérable château de sable et de priver la moitié de nos sens d’un voyage qui pourrait devenir réellement extraordinaire.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :